BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d'en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le "Grand Wizard" du Klan, David Duke, enchanté par l'engagement de Ron en faveur d'une Amérique blanche. Tandis que l'enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu'une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d'aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Liste de tous les liens en streaming:

Regarder film complet BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan en streaming vf et fullstream vk, BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan VK streaming, BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan film gratuit, en très Bonne Qualité vidéo [720p], son de meilleur qualité également, voir tout les derniers filmze sur cette plateforme en full HD.

COMMENTAIRES:

 

spike les revient avec un très bon film

 

meilleur réal, meilleur acteur (John David Washington), meilleur acteur secondaire (Adam Driver) et meilleur film aux Golden Globes

de très jolies nominations !

 

Une histoire vraie déjà de base, avec un filtre humour pour allégé l'ensemble du film qui traite un sujet compliqué avec une greffe finale des images des événements de Charlottesville et la face de Trump.
A savoir que Spike Lee boycotte depuis 2016 les Oscars pour des problématiques similaires, pas un bon mood de départ.
Mitigé.

 

satire assez culottée, Blackkklansman traite d’un sujet brûlant aux États-Unis par les détours d’un récit empruntant aux codes de la blaxploitation. La légèreté est assumée et c’est elle qui permet les séquences les plus réussies du film : par les portraits satiriques des membres du Klan (joli rôle de Topher Grace), la nonchalance culottée du flic en infiltration (John David Washington, doté d’un capital sympathie immédiat) et un sens du détail qui fait souvent mouche. C’est dans sa façon d’aborder le langage que le film est le plus percutant (le voir en VO est une nécessité absolue) : les exercices de diction pour paraître blanc, l’accent sudiste ou afro-américain sont le terrain de vannes bien senties et l’occasion d’une réflexion culturelle assez fine.
Spike Lee est résolument classique dans sa mise en scène, et s’il est pertinent dans le détail de certains échanges ou portraits, la structure générale de son récit est beaucoup plus convenue
C'est peutêtre parfois un peu didactique aussi.
Au spectateur de se montrer tolérant face à ce didactisme peut-être inévitable : il n’empêche pas d’apprécier le talent comique de ses comédiens, et la gravité des enjeux pour une Amérique qui semble toujours aussi crispée sur la question raciale.

 

Film interessant sans plus, le ton du film oscille entre le comique et le grossier, j'aurais aimé une enquête approfondie sur le KKK qui nous explique son organisation

 
Post a Reply